top of page
Rechercher
  • contact64411

Peut-on compter sur la pension de réversion ?

La pension de réversion correspond à une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l'assuré décédé (salarié, fonctionnaire…). Tous les régimes de retraite prévoient une pension de réversion. Il s’agit bien souvent de la seule pension perçue par certaines personnes.

Pour bénéficier de la pension de réversion, certaines conditions doivent être remplies. Ces conditions sont liées à la fois aux cotisations du défunt, au mariage, à l'âge du bénéficiaire et aux ressources du survivant. Une personne divorcée à droit à la pension de réversion au décès de son ex-conjoint, sauf s’il y a eu remariage. En effet, à l'exception des indépendants, des pharmaciens et des agents d'assurances multirisques, qui bénéficient d’un régime spécial, seul le remariage les rend inéligibles à une pension de réversion. Les personnes liées à l'assuré décédé par un pacs ou des concubins ne peuvent pas bénéficier de la pension de réversion car ils n’étaient pas mariés avec le défunt. A noter, si le conjoint décédé a été marié plusieurs fois, la pension de réversion est partagée entre son conjoint et ses ex-conjoints éligibles au prorata de la durée de chaque mariage par rapport à la période totale durant laquelle il a été marié. De plus, afin de percevoir la pension de réversion, le bénéficiaire doit être âgé d’au moins 55 ans (51 ans pour les décès intervenus avant 2009). Enfin, Les revenus annuels du conjoint survivant ne doivent pas dépasser 23 441,60 € s’il vit seul et 37 506,56 € s’il vit en couple.

Les revenus pris en compte pour l’attribution de la pension de réversion sont :

  • Les revenus professionnels (salariés et non-salariés) après abattement de 30% lorsque le conjoint survivant a 55 ans ou plus,

  • Les allocations et revenus de remplacement (allocations chômage, indemnités maladie, pensions de retraite de base, complémentaires et de certains régimes spéciaux),

  • Les pensions de réversion des régimes spéciaux (RATP, SNCF, Industries électriques et gazières, avocats),

  • Les revenus mobiliers détenus en propre par le conjoint survivant,

  • Les revenus de biens immobiliers (hors résidence principale),

  • Les avantages en nature, évalués forfaitairement.


La pension de réversion au conjoint survivant équivaut à 54 % de la retraite de base du conjoint décédé dont il bénéficiait ou aurait pu bénéficier. Le montant minimum de la pension de réversion en 2023 est fixé à : 3 672 € par an, soit 306 euros par mois. A l’inverse, le montant maximum est fixé à : 11 784 € par an, soit 982 euros par mois.




Comments


bottom of page